lundi 28 juillet 2014

Connexion

Après avoir passé une partie de la journée grimpée dans l'échelle, la tête dans les branches, je sors le soir en pyjama pour souhaiter bonne nuit à Coquin et lui donner son dernier repas avant le dodo. Je retrouve mon petit merle adoré au fond de la cour, à galoper entre les brindilles. 

Mon voisin est aussi là, à couper quelques branches d'un arbre mort sur le point de tomber. Tant pis, rendue à 40 ans, j'assume totalement mon côté quétaine-bohème-bizarre-qui-parle-plus-aux-animaux-qu'aux-humains! Alors je commence à expliquer à Coquin de faire attention s'il voit, cette nuit, un animal à grosse bédaine qui porte un masque... S'il s'approche de lui, ce n'est pas pour le nourrir, c'est plutôt pour SE nourrir... Le raton laveur n'est pas méchant, mais c'est un prédateur, alors il doit faire attention! ((La nuit d'avant, les ratons laveurs sont venus manger les bébés merles qui habitaient un arbre tout près de la maison... Ce même arbre où dormait Coquin depuis quelques jours, mais cette nuit-là, il restait plutôt dans la forêt et Janie et moi se demandions pourquoi... Le matin, on a compris que c'est l'ange qui protège ce cher Coquin qui l'a incité à aller plus loin...)) Puis là, on se met à jaser de quel arbre serait un bon choix pour passer la nuit et je lui ai suggéré de profiter de la nuit pour demander au grand conseil des merles comment détecter les vers de terre et de faire des beaux rêves étoilés! Peut-être que les merles ne rêvent pas mais en tout cas...! 

Après mes petits mots d'amour pour Coquin, je me tourne et je vois mon voisin, sourire en coin. Une fois rentrée, je me rends compte que je n'ai pas souhaité bonne nuit à cet homme. Je me demande si un jour j'aurai autant envie de connecter avec les humains que je connecte avec les animaux.


jeudi 24 juillet 2014

Message d'un oiseau

J'aime bien réfléchir au sens de la vie et des événements... Je regarde Coquin, ce bébé merle qui a croisé notre route et je me demande: qu'est-ce que la Vie m'offre comme message à travers ce mignon oisillon?

Ce petit être vulnérable et fragile, qui s'endort tout doucement dans le creux de ma main... Avec beaucoup d'efforts, d'amour et de constance, il accepte d'être nourri et tranquillement, il se raccroche à la vie. Il reprend des forces, s'étire et retrouve son équilibre. Puis bientôt, il prendra son envol...

Tiens, tiens, moi qui ai justement l'envie de m'envoler...! Je nourris ma passion avec efforts et constance, je m'étire, je trouve mon équilibre puis je prendrai bientôt mon envol!

 


Main dans la main, ou plutôt patte dans la main, on chemine ensemble mon beau Coquin! Merci xxx

lundi 21 juillet 2014

Coeur en or

La première fois que j'ai rencontré Luc Deschênes, c'était en 1982. J'avais 8 ans, il en avait 4. Nous étions voisins. Deux ans plus tard, mes parents ont voulu quitter ce quartier défavorisé, nous sommes déménagés. La famille de Luc a marqué mon coeur d'une façon que je ne peux expliquer. Nos chemins se sont séparés mais dans mon coeur, ils sont toujours restés.

Une trentaine d'années plus tard, je retrouve Luc à un campement d'itinérants. Je suis surprise par l'ambiance fraternelle et communautaire qu'on y retrouve. Quand Luc m'aperçoit, même après plus de 30 ans sans s'être vu, il s'exclame: "Jacinthe!" Je suis épatée et émue! Il a beau affirmer que j'ai le même sourire, j'ai quand même beaucoup changé entre 8 et 40 ans! Sa mémoire est aussi grande que son coeur!

Quelle joie de jaser avec Luc après tant d'années! Le petit garçon espiègle au regard doux est devenu un homme extraordinaire avec un coeur en or. Il a cette même lumière dans les yeux!


Luc me raconte son enfance, l'alcoolisme de son père, ses difficultés à l'école dès le primaire... Il a quitté l'école très jeune, consommé alcool et drogues et vendu des drogues dans la rue. Mais une transaction a changé son parcours. Un bon jour, alors que Luc était chez une cliente, le petit garçon de cette dernière réclamait du jus. Luc lui suggère de d'abord s'occuper de son bambin mais s'aperçut que le frigo était complètement vide. Les pleurs du petit garçon vinrent toucher le coeur de Luc qui se disait que cet enfant n'avait pas à vivre cette misère. Après la transaction, Luc est allé lui faire une grosse épicerie, a rempli le frigo et n'a pas revendu de drogues par la suite. Il dit: "Je ne peux tout simplement plus contribuer à briser tant de vies".

Luc aime apporter sa contribution au monde qui l'entoure. Il prend soin des autres et de son milieu. Il voit au bien-être de sa soeur handicapée. Il s'occupe de nettoyer le campement où il a installé sa tente. Des fleurs fraîchement coupées et des pierres soigneusement installées ornent son chez-lui.


Luc troquera prochainement sa tente pour une place dans un centre de désintoxication. Il compte bien revenir par la suite pour aider sa petite communauté. Je vous l'ai bien dit, il a un coeur en or!



* Merci de tout coeur à Le Portail de l'Outaouais, organisme communautaire qui aide à contrer l'itinérance et l'exclusion sociale, de m'avoir épaulé pendant cette magnifique rencontre. *

dimanche 20 juillet 2014

Coquin, le merle

Une voisine a trouvé un bébé merle mal en point, en pleine rue.  Elle l'a apporté chez elle et mis dans une petite boîte.  En fin de journée, en sachant que nous avons des perruches, elle est venue nous demander si par hasard nous avions une cage en surplus, afin d'offrir un espace temporaire plus sécuritaire au merle.  C'est ainsi que nous avons fait la rencontre de Coquin, le petit merle!



Les deux jours suivants, nous sommes allés voir Coquin chez la voisine.  C'est avec regret et impuissance que nous le voyions devenir de plus en plus faible.  Un oisillon, ça demande des soins constants, réguliers et adaptés.  Alors d'un commun accord, Coquin est venu ici.

Coquin est si faible qu'il n'a même pas le réflexe d'ouvrir le bec pour de la nourriture.  Nous devons insister beaucoup.  Je me dis qu'avec insistance et routine stricte, il prendra des forces!  Il a un oeil tout rouge et l'autre n'ouvre même pas...  Ouf, on part de loin.  Je le nourris aux trente minutes, du lever au coucher du soleil.  Après quelques heures, il commence à ouvrir le bec de lui-même quand j'approche.  C'est bon signe!  Je poursuis ainsi toute la journée et Coquin prend du mieux!

Le deuxième jour de sa présence ici, je poursuis la routine de le nourrir aux 30 minutes, pendant 14 heures!  C'est beaucoup de travail d'être maman merle!!  Mais Coquin va de mieux en mieux!  Il a plus d'équilibre et de vitalité!  Ses yeux commencent à guérir.


Et les journées passent...  Je continue de le nourrir régulièrement, il me laisse maintenant savoir qu'il a faim!  C'est environ aux 45 minutes, de 6h00 à 20h00.  Ses yeux se rétablissent lentement et complètement!  L'oeil fermé est maintenant bien ouvert et l'oeil rouge a repris totalement sa couleur noir!  Coquin va bien, il grandit, jase, se perche et mange beaucoup!  C'est fou tout le travail que ça demande pour garder la cage propre, le nourrir, respecter sa vie d'oisillon sauvage...  Du gros gros travail, TOUTE la journée!  Mais c'est essentiel pour Coquin, alors on fait tout ce qu'on peut en attendant son retour à la nature!

Quelle belle expérience nous vivons avec Coquin!

vendredi 4 juillet 2014

Oser...

Il y a quelques années, j'ai fait un saut en parachute. Les pieds sur le bord de la porte ouverte de l'avion, à plus de 10 000 pieds en plein ciel, c'est si haut qu'on ne distingue rien au sol. Je suis là, sur le bord de la porte ouverte, je vois tout le côté extérieur de l'avion, je sens le vent et la pression qui me pousse et tout mon corps qui dit que ce n'est peut-être pas une bonne idée de sauter dans ce vide infini... Ces secondes sont longues!!! Puis vient le signal de mon instructeur que je dois sauter! Sauter en bas de l'avion, me lancer carrément dans le ciel... Faire ce pas pour sauter a été l'un des moments les plus marquants dans ma vie. J'avais très peur. Je voulais faire ce saut, mais pendant cette longue seconde-là, je ne me souvenais plus pourquoi! Même si l'instructeur est attaché à mon dos, c'est moi qui dois faire le pas. Ça prend un grain de folie pour se lancer ainsi! J'ai pris un risque, j'ai osé et j'ai adoré! Ah, c'était tellement merveilleux!



Bien en ce moment, dans ma vie, je me sens comme sur le bord de la porte ouverte de l'avion. J'étudie depuis quelques années et il est plus que temps de me lancer dans l'expérience! J'ai peur, je me sens intimidée et pas à la hauteur. Alors j'étiiiiiiiiire. Je bloque dans la porte. Mais j'ai tellement le goût de sauter! J'ai envie de prendre le risque et d'oser!

Alors je saute ou je reste sur le bord de la porte?

En fait, je trouve que c'est plus "dangereux" de rester sur place que de foncer!

jeudi 3 juillet 2014

Être présent

Êtes-vous là? Je veux dire totalement là? Entièrement là? Présent de corps, de coeur et d'esprit? Comme si ce moment présent était le seul moment qui existe?

Être présent avec ses enfants, c'est tellement précieux. Être totalement présent AVEC eux. Comme si chacune de leur parole avait la plus grande importance. Comme si chacune de leur demande était prioritaire. Comme si votre enfant était l'être le plus extraordinaire de la planète. Comme s'il vous rendait visite et que vous vouliez profiter pleinement de sa présence.

Au fond, il n'y a pas de comme si, parce que c'est la réalité. Chacune de leur parole a la plus grande importance, chacune de leur demande est prioritaire, votre enfant est extraordinaire et il vous rend simplement visite... Profitons pleinement de leur présence pour ÊTRE avec eux.  Chaque moment nous offre l'occasion de célébrer notre enfant et de lui permettre de briller!

Malheureusement, on se laisse trop souvent entraîner dans un tourbillon de tracas et de tâches du quotidien qu'on oublie l'essentiel. ÊTRE. Être présent. Totalement. AVEC nos proches.

Je crois profondément que chaque comportement "inadéquat" de l'enfant est un signe d'un manque de présence. Un appel à être vu, entendu et accueilli.

Être totalement présent est un entraînement. On commence doucement, un moment à la fois. 15 minutes de présence consciente, pour commencer. Puis on augmente, à notre rythme. D'ailleurs, certains enfants réagissent drôlement lorsqu'on leur offre notre pleine attention. Puis ça devient un mode de vie. C'est tellement précieux.

Observez votre coeur et votre relation lorsque vous offrez le cadeau de votre pleine présence.



vendredi 27 juin 2014

Ma poupée en tissu

J'avais envie, depuis longtemps, de coudre une poupée de tissus.  La semaine dernière, en traversant la fin de la trentaine et le début de la quarantaine, je me suis dit que je devais saisir l'occasion et m'y lancer!

C'est ainsi que j'ai sorti la machine à coudre et j'ai envahi la salle à dîner pendant plusieurs jours!  Pas facile de travailler avec deux chats qui veulent aussi un peu d'attention!!



Beaucoup de travail et de joie pour créer la tête de ma poupée!



Lentement, mais sûrement, le corps a pris forme!



Puis se sont ajoutés cheveux (brin par brin...) et sous-vêtements!




Voici donc Valériane-Élinda!



Je vais maintenant m'amuser à lui confectionner une robe remplie de fantaisies!

Quelle JOIE!

mercredi 25 juin 2014

Sensibilité

Je suis sensible.

Très sensible.

Parfois trop sensible.

Zaz - Trop sensible


Souvent, cette sensibilité me cause douleurs et souffrance.  Je ressens la souffrance des autres, des animaux, de la Terre...  C'est intense.

Mais, cette sensibilité est aussi l'une de mes grandes forces. Je dirais même que c'est mon super pouvoir!!!

Ma sensibilité me permet de ressentir tout si intensément... Je choisis donc de ressentir en toute conscience. Sinon, de toute façon, ça me joue des tours et je suis affectée inconsciemment! Ressentir en conscience m'amène à vivre le moment présent, dans toute sa splendeur!

Ma sensibilité m'a aussi permis de développer des outils pour me ressourcer, me nettoyer et me recentrer.

Ma grande sensibilité me pousse à vivre pleinement en harmonie avec mes valeurs.

La sensibilité de mon corps est une boussole à haute performance! Dès que je dérive de mon trajet, de mon étoile, mon corps me laisse savoir!

J'ai apprivoisé ma grande sensibilité. J'en ai fait mon alliée. Et c'est devenu ma force!

Cette force se retourne parfois en souffrance... À moi de me recentrer et poursuivre mon chemin vers l'épanouissement!

jeudi 19 juin 2014

Une punition? Vraiment???

À l'école Duvernay, au Québec, les enfants turbulents reçoivent comme punition d'aller passer l'heure du dîner avec les enfants autistes... Voyons donc!!!

C'est aberrant. Je n'en reviens pas. Mais où sont passées les valeurs d'intégration? Qu'en est-il de célébrer nos différences? Le RESPECT?

Qu'enseigne-t-on à ces enfants???

Différents organismes pour l'autisme dénoncent la pratique de cette école. Mais nous devons TOUS dénoncer aussi!!! Le message doit être clair et fort: cette pratique est inacceptable. INACCEPTABLE.

Autisme Centre du Québec a rencontré les responsables de cette école et ces derniers ne voient aucun problème à leur façon de faire. Voyons donc!!! La commission scolaire étudiera la question... Youhou, laisse faire les analyses qui prendront des mois, cette pratique est inacceptable.

*** Dénonçons haut et fort pour que chaque enfant du Québec sache que ce n'est pas une punition que de passer du temps avec un enfant autiste. ***

(C'est même plutôt un privilège! Mais là, c'est mon coeur qui parle!)


Voici des informations sur cette situation:

http://www.lapresse.ca/la-tribune/estrie-et-regions/201406/17/01-4776481-les-eleves-turbulents-en-punition-avec-les-enfants-autistes.php

http://www.autisme-cq.com/commission-scolaire-chenes-demeure-marbre/

http://www.lapresse.ca/la-tribune/estrie-et-regions/201406/18/01-4776986-punition-avec-les-enfants-autistes-le-litige-demeure-complet.php



----->> SIGNONS cette pétition pour dénoncer la situation!!!!!  Et SVP, passez le mot!

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Ministere_de_leducation_du_Quebec_Commission_Scolaire_du_Quebec_Ne_plus_mettres_les_eleves_turbulents_en_punition_avec_l/


À Madame Chantal Sylvain, commission scolaire Des Chênes
À Madame Christiane Desbiens, commission scolaire Des Chênes
À Monsieur Yves Bolduc, ministre, Éducation, Loisir et Sport


Considérant que "l'école a le mandat de préparer l'élève à contribuer à l'essor d'une société voulue démocratique et équitable." (page 2, Programme de formation de l'école québécoise);

Considérant que l'école québécoise vise le développement de compétences transversales:

- Structurer son identité: manifester une ouverture à la diversité culturelle et ethnique. (page 32, Programme de formation de l'école québécoise)

- Coopérer: interagir avec ouverture d'esprit dans différents contextes. Accueillir l'autre avec ses caractéristiques. Participer aux activités de l'école dans un esprit de collaboration. (page 35, Programme de formation de l'école québécoise);

Considérant qu'en tant que "communauté d'apprentissage et microcosme de la société, l'école accueille des individus de provenance sociales et culturelles diverses. Elle constitue, à ce titre, un lieu privilégié pour apprendre à respecter l'autre dans sa différence, à accueillir la pluralité, à maintenir des rapports égalitaires et à rejeter toute forme d'exclusion. Elle place les élèves dans des situations qui les amènent à relever quotidiennement les défis de la coopération dans un esprit d'entraide, de solidarité, d'ouverture à l'autre et de respect de soi." (page 50, Programme de formation de l'école québécoise);

Considérant l'importance de la "culture de la paix: égalité des droits et droit à la différence des individus et des groupes; conséquences négatives des stéréotypes et autres formes de discrimination et d'exclusion." (page 50, Programme de formation de l'école québécoise).

La pratique de l'école Duvernay d'envoyer les enfants ayant des comportements inadéquats "réfléchir" sur l'heure du dîner avec les élèves ayant des besoins particuliers contrevient directement au Programme de formation de l'école québécoise.

Nous demandons votre intervention dans les plus brefs délais afin de s'assurer que les élèves puissent vivre l'expérience éducative telle que prévue dans la Loi sur l'instruction publique.

Nous demandons que cette pratique de l'école Duvernay soit immédiatement retirée et qu'à la rentrée de septembre 2014, une nouvelle pratique respectant les valeurs et énoncés du Programme de formation de l'école québécoise soit mise en place.

De plus, nous demandons que le message soit clairement réitéré auprès des élèves que les valeurs d'ouverture, de respect et d'égalité sont importantes pour la communauté et la société québécoise.

lundi 16 juin 2014

Le calcium



S'il y a plus de calcium dans des plantes qui poussent naturellement que dans des produits laitiers de vache, pourquoi, Ô pourquoi s'entête-t-on à faire souffrir tous ces animaux...

Peut-être que l'industrie alimentaire a bien réussi sa job de nous brainwasher? Parce que sérieux là, ces plantes qui nous offrent encore plus poussent même trop facilement... On paie $ pour se débarrasser de ces plantes qu'on appelle des "mauvaises herbes" (allô brainwash) et on paie $$ pour se procurer des produits laitiers pour avoir ces nutriments!!! Youhou!!! Ouvrons-nous les yeux!!! Et là, je n'embarque même pas dans tout ce que les produits laitiers contiennent de totalement nocifs pour la santé... Parce que ouf, ce serait de voir à quel point on se fait niaiser par l'industrie pharmaceutique...

En attendant que les gens se réveillent, bien il y a des milliers de millions de vaches qui souffrent. La réalité c'est que pour chaque goutte de lait que tu bois, un veau a dû être VOLÉ de sa maman. Je ne comprends pas comment on peut faire ça. Je suis peut-être trop sensible, mais ça me brise le coeur de savoir qu'on agit ainsi. Je suis peut-être naïve et utopiste, mais je me dis que ça ne se peut pas que les humains soient aussi bêtes...